Actualité

Andrea Barciela, nouveau Doyen de l’Ecole Germaine de Staël

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Andrea Barciela, j’ai grandi à Rolle (VD) et j’ai des origines portugaises, du côté de mon père, et grisonnes, du côté de ma mère. J’ai étudié la littérature française et la philosophie à l’Université de Lausanne, et j’exerce, en parallèle à mon activité au sein de l’école, une pratique artistique qui mêle à la fois la peinture et l’écriture.

Depuis quand enseignez-vous à l’EGDS ?

J’avais 19 ans quand j’ai commencé à travailler au sein de l’Ecole Germaine de Staël. À l’époque, passionné par le piano, je cherchai un professeur à proximité de chez moi. C’est de cette manière que j’ai eu la chance de rencontrer Geneviève Durand, laquelle m’avait directement proposé de rencontrer Eve-Marie Klima Koehler qui, à son tour, m’a tout de suite proposer d’assister le professeur de musique de l’école. C’est là que tout a commencé je préparais les repas pour les primaires à midi, et j’assistais certains professeurs dans leurs cours.

Comment envisagez-vous votre poste de Doyen de l’Ecole Germaine de Staël ?

Principalement, ce nouveau poste représente pour moi la possibilité d’acquérir de nouvelles expériences. Il ne s’agit plus seulement d’enseigner et transmettre des notions aux élèves, mais de coordonner l’ensemble des savoirs, des méthodes et des approches que mes collègues offrent dans chacune de leurs matières. Autrement dit, il s’agit d’avoir un regard plus large sur l’ensemble de notre pédagogie et permettre, de ce fait, une meilleure interaction avec le corps enseignant, les parents d’élèves et la direction, dont je fais maintenant partie.

Quelles sont vos passions dans votre mission d’enseignant ?

Lors de mon cursus scolaire, j’ai rencontré beaucoup de difficultés. J’avais de mauvaises notes (surtout en français et en mathématiques), mon comportement laissait à désirer, mais surtout, j’avais beaucoup de mal avec l’autorité de certains de mes professeurs, tout comme leurs méthodes de travail. Par conséquent, ma passion aujourd’hui serait de permettre d’offrir à mes élèves ce que je n’ai pas pu recevoir lorsque j’étais moi-même étudiant.

Qu’avez-vous envie de transmettre aux élèves en priorité ?

L’écoute, la patience et l’amour des erreurs. De mon point de vue et en ma qualité de professeur, le plus important est de trouver des moyens qui permettent aux élèves de s’épanouir dans leurs apprentissages, et cela passe bien sûr par le fait de privilégier une la transparence et l’honnêté avec eux.

Quelles sont vos passions hors de cette mission ?

En dehors de mon activité artistique, une de mes plus grandes passions est la musique, et en particulier le piano. Depuis tout petit, j’ai toujours rêvé de devenir pianiste professionnel, et lorsque j’ai terminé ma Maturité Fédérale et que le monde des possibles s’ouvrait à mes yeux il avait été question pour moi de rentrer dans une école de musique. Mais la pression que je me mettais était si grande que je n’ai jamais osé entreprendre de telles études. C’est pourquoi je me suis orienté dans le monde des lettres et des arts. Un choix que je ne regretterais jamais car il continue à enrichir ma pratique du piano, sous des angles que je ne soupçonnais même pas.

Une école pour enfants curieux ou à haut potentiel

Une équipe d’enseignants experte et soudée accompagne les jeunes dans une atmosphère familiale et paisible.

La pédagogie innovante mise en place depuis 12 ans, permet à ces élèves passionnés de fédérer leurs intérêts et d’aller plus loin dans leurs connaissances, dans les domaines scientifiques, littéraires et artistiques. Des projets de recherche, des ateliers spécifiques, des concours d’éloquence, de sciences, d’échecs, réunissent des élèves déjà engagés dans ses disciplines pour leur permettre d’aller encore plus loin.

Grâce à des professeurs spécialistes dans ces disciplines et désireux de communiquer leurs connaissances et leurs passions aux élèves, l’émulation et les challenges naissent et se succèdent dans une école où, au quotidien, les valeurs humaines et le respect de chacun sont omniprésents.

La diversité d’enseignement

Une pédagogie innovante

L’atmosphère de l’EGDS

Une pédagogie innovante
de 2009 à aujourd’hui

L’Ecole Germaine de Staël a été fondée par Eve-Marie Klima Koehler en 2009, à Aubonne. Partie de la conviction qu’il était nécessaire de créer un modèle scolaire adapté aux enfants à haut potentiel, Eve-Marie Klima Koehler a, grâce à son expertise en ce domaine, développé une pédagogie unique et qui, depuis 12 ans, a montré qu’elle était idéale pour les jeunes doués, curieux et qui aiment apprendre.

L’Ecole Germaine de Staël représente un modèle scolaire qui correspond aux besoins des jeunes d’aujourd’hui. La place donnée aux compétences du 21ème Siècle (créativité, agilité, esprit critique, innovation, projets d’équipe ou individuels, réflexion scientifique et philosophique) est large, et complète richement un programme scolaire d’excellence. La pédagogie EGDS vise l’excellence dans les apprentissages et tend à assurer l’épanouissement de chaque enfant avec sa propre personnalité. L’Ecole Germaine de Staël est l’école du 21ème siècle.